Recevoir notre Newsletter?

Pour obtenir directement dans votre boite email nos dernières publications, nos DIY et Free ainsi qu'exclusivités ... rentrez votre email ci-dessous!

Valider!

Soyez rassurés, nous ne cédons ni ne revendons vos coordonnées ! Le site est bloqué? relancez le en l'actualisant dans votre navigateur.

 » « Clodion le chevelu » Premier Roi des Francs
Catégories du blog :
Rechercher :
Tous nos profils sociaux :
Suivez moi sur Facebook
Suivez moi sur Twitter
Partagez notre site :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Email this to someonePin on Pinterest
Présentation :
Bienvenue sur le blog de "Raffinement Français"®™© - "Raffinement Francophone"©™®. Merci de votre visite !

Plusieurs centaines de millions de visiteurs de + de 150 pays différents depuis l'ouverture : Merci !
Website Sécurisé :
Sécurité du site Web Pour un confort et une sécurité renforcée le website R-F est certifié par SiteLock et CloudFlare leaders mondiaux de la sécurité des websites. Sécurité du site Web

« Clodion le chevelu » Premier Roi des Francs

Partager : Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Email this to someonePin on Pinterest

 

Du premier roi connu de ce qui deviendra la dynastie des Mérovingiens,

on ne sait presque rien, pas même son nom puisque Clodion est un surnom sympathique donné par ses guerriers -peut-être pour une légère claudication.

Quant à chevelu,

ce n’est pas un signe particulier, mais la marque la plus évidente de sa supériorité de roi des Francs.

Clodion le chevelu : avec lui commence l’Histoire.

 

Pour les Francs, leurs rois descendent des dieux qui régissent le monde visible et invisible, et cette marque divine se traduit par une marque physique indiscutable : la chevelure intacte. Alors que les guerriers se rasent la nuque, les fils des dieux portent les cheveux naturellement longs. Les lourdes boucles blondes qui cascadent sur leurs épaules ne sont cachées que par le casque quand sonne l’heure du combat. Cette crinière de lion est le diadème des dieux et des fils des dieux qui, seuls, sont aptes à gouverner les mortels.

Cette croyance extrêmement puissante les rend sourds aux prédicateurs chrétiens, car devenir chrétien ce serait renier ses ancêtres et détruire tout ce qui donne sa cohésion à la communauté franque.

Lorsque Clovis décidera de se faire baptiser vers 496, les évêques salueront son courage. Mais Clovis devra prendre la précaution de commencer la généalogie des Francs par lui-même, éliminant son grand-père Mérovée et le fameux Clodion le Chevelu qui inaugure, pour l’Histoire, la première famille des rois de France.

Cette toute-puissance de la chevelure considérée comme un sceptre, persistera puisque, pour s’assurer de la disparition politique définitive du dernier Mérovingien, Childéric III, Pépin fera tondre en 751, avant de l’enfermer dans un couvent. Plus jamais il ne pourra être roi.

Pour la passion de l’or rouge

Grégoire de Tours

Le règne e et de Clodion tient en quelques lignes. Le poète et évêque gallo-romain Sidoine Apollinaire le cite en passant dans ses Carmina Burana.

L’évêque Grégoire de Tours, auteur d’une monumentale Histoire des Francs, source quasi unique sur cette époque, ne lui consacre que 10 lignes.

Ce qu’on sait, c’est qu’il a su profiter des circonstances avec perspicacité et sang-froid. L’autorité de Rome n’arrive même plus jusqu’à la Loire et le préfet des Gaules s’est retiré en Arles ou il se bat contre les Wisigoths et les Vandales. Clodion en profite pour s’installer dans ce qui est aujourd’hui le nord de la France. En une seule bataille il s’impose et Tournai se rend, peut-être entre 431 et 451. Le fait politique marquant est que les Francs, installés sur les deux rives du Rhin, commencent leur grande migration vers le Sud. Comme le dit le premier historien de la dynastie, Godefroy Kurth, « toujours leurs désirs et leurs rêves les portaient vers le Sud, ou le ciel plus clément faisait tomber en abondance dans la main de l’agriculteur les fruits qu il fallait arracher au sol de leur patrie. C’est là, derrière les murailles des vieilles villes opulentes, qu’on trouverait de l’or rouge et la riche vaisselle… »

La nation franque s’installe

Après Tournai, capitale régionale de la rive droite de l’Escaut aux portes des riches plaines flamandes, Clodion éparpille la petite armée Gallo-romaine qui, pour défendre Cambrai, a pris position devant les marécages servant de fortifications naturelles. Clodion ne rase pas la ville, il veut s’en servir, et les murailles protègeront ses trésors. Ce n’est pas une énième invasion, mais une prise de possession d’un nouveau domaine. Tournai et Cambrai gardent les populations romanisées. Clodion poursuit sa marche jusqu’à la mer, mais il trouve sur sa route celui que l’on a appelé le « dernier des Romains », Aetius. Ce général romain sera pendant vingt ans le principal personnage de l’Occident.

Une nuit, Aeius surprend l’avant-garde des Francs qui ripaille au bord de la Canche, près de ce qui est aujourd’hui Hesdin dans le Pas-de-Calais. Auprès du pont qu’emprunte la voie romaine, les Francs ont installés les chariots en cercle. A l’abri de cette fortification, les soldats, qui célèbrent le mariage d’un chef, se passent des coupes d’hydromel et de cervoise. Les légionnaires d’Aetius les encerclent, le pont est coupé, les convives bien enivrés s’égaillent dans la nuit, en oubliant la pauvre fiancée. Ce n’est pas une bataille, mais une embuscade sans vraie conséquence.
Ce qui importe c’est que l’ère de Clodion le chevelu marque la fin des migrations des Francs. Désormais la Nation Franque est installée

Mérovée

Voici une gravure de Larmessin représentant le roi Mérovée (qui donna son nom à la dynastie des Mérovingiens), Mérovée est le fils présumé de Clodion le chevelu et père de Childéric  Ier.

Pharamond l’ancêtre fantôme

Le nom de Pharamond est cité deux fois dans des livres.
D’abord dans le Liber historiae datant du VIII ième siècle, qui en fait le fils du chef franc (réel lui) Marcomir et le petit fils de Priam, roi légendaire de Troie, mort depuis 1500 ans! L’affaire est entendue.
Deuxième citation chez Prosper d’Aquitaine, historien du Vème siècle : « Faramondus regnat in Francia ». Mais la phrase est une interpolation tardive. Exit définitivement Phramaond jusqu’à ce que Chateaubriand le ressucite dans le Génie du Christianisme : les fiers guerriers chantent avant le combat : « Pharamond, Pharamond, nous avons combattu avec l’épée… »
Mérovée lui, a bien existé : il se bat même avec Aetius contre Attila en 451. Fils de Clodion le Chevelu il sera le grand-père de Clovis : il règne approximativement de 448 à 458.

Rendez-vous sur Hellocoton !
International Copyright : "Raffinement-Français ©™® / Raffinement-Francophone ©™®". Webmaster : inakka.com Conception : Raffinement Francophone © ; Up
Translate »
Compteur : 100356 vues