Recevoir notre Newsletter?

Pour obtenir directement dans votre boite email nos dernières publications, nos DIY et Free ainsi qu'exclusivités ... rentrez votre email ci-dessous!

Valider!

Soyez rassurés, nous ne cédons ni ne revendons vos coordonnées ! Le site est bloqué? relancez le en l'actualisant dans votre navigateur.

 » Crinolines, Corsets et Faux-Culs
Catégories du blog :
Rechercher :
Tous nos profils sociaux :
Suivez moi sur Twitter
Partagez notre site :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Email this to someonePin on Pinterest
Présentation :
Bienvenue sur le blog de "Raffinement Français"®™© - "Raffinement Francophone"©™®. Merci de votre visite !

Plusieurs centaines de millions de visiteurs de + de 150 pays différents depuis l'ouverture : Merci !
Website Sécurisé :
Sécurité du site Web Pour un confort et une sécurité renforcée le website R-F est certifié par SiteLock et CloudFlare leaders mondiaux de la sécurité des websites. Sécurité du site Web

Crinolines, Corsets et Faux-Culs


Partager : Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Email this to someonePin on Pinterest

Après le réel bouleversement des époques Directoire et Empire, la mode fait volte-face!

Le Corset s’allonge et les jupons réapparaissent : 

Corset de 1880

Sans doute, les progrès des années 1830, tels que les œillets métalliques et non brochés, le décalage instantané grâce à un système de poulies, le « dos à la paresse » muni de lacets élastiques (1842), convainquent-ils les femmes de l’excellence du Corset, car il connaît au XIXe siècle un règne absolu.

Cette cage, bien que raillée par des caricaturistes et certains chroniqueurs de mode, est adoptée rapidement.
En 1858, la Crinoline (le crin avait disparu mais le mot fût conservé) atteint une circonférence maximale.

Comme au siècle passé, on parle d’élargir les portes, on déplore l’étroitesse des trottoirs et « l’étouffement des voyageurs dans les wagons de chemin de fer ».
Les caricaturistes redoublent de talents pour immortaliser les scènes cocasses provoquées par cet encombrant dessous.

Les Faux Culs :

Bientôt le volume, après s’être étiré vers l’arrière, s’amenuise.

La crinoline cède son empire.

Une sur-jupe va se relever légèrement au-dessus de la première jupe puis jusqu’aux hanches, à partir de 1869-1870.

Elle se dénomme polonaise et se divise en trois :

– un tablier devant,
– deux poufs vers le dos.

dès 1870, une nouvelle forme du jupon fait son entrée, la tournure, plate devant, mais profilée vers l’arrière et rembourrée ses les fesses pour créer un faux-cul.

Le volume s’obtient avec des cerceaux actionnés par des cordons de resserrage et parfois rembourrés de coussinets de cuir.

Les faux culs perdent leur tournure pour s’apparenter à des strapontins, à partir de 1883.

Comparaison théâtrale et artistique peu flatteuse, mais assez juste : le strapontin vient se placer sur un angle droit du dos.

Ses cerceaux articulés se relèvent contre le dossier d’une chaise lorsque sa propriétaire souhaite un peu de repos.

Cet appareil, dont la vocation semblait être de transformer les femmes en mobilier, disparait dès 1888.

 

Corset de Sirène :

Modèles de 1883

 

Dans les années 1890-1900,
les femmes acceptent une nouvelle déformation de leur silhouette, peut-être plus douloureuse que les précédentes.

La minceur commençant d’être la règle, l’étau du corset se fait plus dur encore.

Pour adopter la ligne en S de l’Art Nouveau, un long corset presse fortement l’abdomen et l’aine pour faire ressortir le buste, la croupe et l’étroitesse de la taille.

On le nomme le « sans ventre ».
Les médecins s’époumonent dans des prédictions médicales alarmistes.

Il ne faudra pas moins d’une guerre mondiale pour faire valser les corsets.

La « cage à cerceaux » :

Inventée dans les années 1856, cette jupe à entrecroisement de cerceaux et de supports verticaux est audacieuse. La légende prétend que son inventeur avait puisé son inspiration dans l’édifice révolutionnaire, en métal et en verre, de l’architecte Joseph Paxton, édifié pour la première Exposition universelle en 1851, au Crystal Palace de Londres. Le fabricant français Tavernier et l’Américain Thomson ont la vedette. Leurs concurrents multiplient les brevets de « ressorts flexibles » , « jupon transformable » et « jupon multi- forme » pour séduire les élégantes.

Le Crystal Palace.

La façade du premier Crystal Palace.

————————————————

(La copie totale ou partielle de cet article et de ses éléments graphiques est strictement interdite. Plus d’infos ici : http://blog.raffinementfrancophone.info/copyright-international-copie-interdite-raffinement-francophone-raffinement-francais/ )

smsurhautet n’oubliez pas de visiter notre boutique! :

Visitez notre Boutique! http://raffinementfrancais.com Visitez notre Boutique! http://raffinementfrancais.com

Compteur : 1001 074 vues
Rendez-vous sur Hellocoton !
International Copyright : "Raffinement-Français ©™® / Raffinement-Francophone ©™®". Webmaster : inakka.com Conception : Raffinement Francophone © ; Up
Translate »
Compteur : 1001 074 vues