Recevoir notre Newsletter?

Pour obtenir directement dans votre boite email nos dernières publications, nos DIY et Free ainsi qu'exclusivités ... rentrez votre email ci-dessous!

Valider!

Soyez rassurés, nous ne cédons ni ne revendons vos coordonnées ! Le site est bloqué? relancez le en l'actualisant dans votre navigateur.

 » L’ Histoire de France par Jacques Bainville
Catégories du blog :
Rechercher :
Tous nos profils sociaux :
Suivez moi sur Facebook
Suivez moi sur Twitter
Partagez notre site :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Email this to someonePin on Pinterest
Présentation :
Bienvenue sur le blog de "Raffinement Français"®™© - "Raffinement Francophone"©™®. Merci de votre visite !

Plusieurs centaines de millions de visiteurs de + de 150 pays différents depuis l'ouverture : Merci !
Website Sécurisé :
Sécurité du site Web Pour un confort et une sécurité renforcée le website R-F est certifié par SiteLock et CloudFlare leaders mondiaux de la sécurité des websites. Sécurité du site Web

L’ Histoire de France par Jacques Bainville

Partager : Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Email this to someonePin on Pinterest

 

Qui est Jacques Bainville ? :

 

Jacques Bainville est un journaliste, chroniqueur de politique étrangère, historien et académicien français, né le 9 février 1879 à Vincennes (Seine), mort le 9 février 1936 à Paris.

Jacques Bainville étudia au lycée Henri-IV puis suivit des études de lettres et d’histoire. Il commença son œuvre en 1900, à l’âge de 20 ans, avec Louis II de Bavière.

En mars 1900, il rencontre Charles Maurras au Café de Flore, « qui le séduit autant par la qualité de sa critique littéraire que par la cohérence de sa doctrine, son empirisme et son absence de préjugé religieux. Convaincu de la supériorité du modèle politique allemand, Bainville est déjà gagné aux idées monarchistes.

Il est l’un des premiers à répondre dans la Gazette de France à l’Enquête sur la monarchie. Avec Maurras, il collabore à la revue traditionaliste Minerva, fondée en 1902 par René-Marc Ferry, et enseigne les relations internationales à l’Institut d’Action française, tout en assurant nombre de chroniques dans le journal du mouvement : vie parlementaire, diplomatie, économie, bourse et même vie théâtrale, rien n’échappe à sa plume.»

 

Maurras le fait entrer comme journaliste à La Gazette de France puis à L’Action française où il tint la rubrique de politique étrangère. Bainville écrivit aussi pour La Liberté, Le Petit Parisien et La Nation belge.

Il assura la direction du journal La Revue universelle.

Grande figure du monarchisme nationaliste et de l’Action française, il exalta la politique de la monarchie française (Histoire de France, 1924) et s’inquiéta de la faiblesse de la démocratie face à la puissance allemande (la Troisième République, 1935).

Il est élu le 25 mars 1935 membre de l’Académie française, en même temps qu’André Bellessort et Claude Farrère.

Il obtient vingt voix sur vingt-sept votants pour succéder à Raymond Poincaré au 34e fauteuil.

Dans un ouvrage remarqué, Les Conséquences politiques de la Paix, publié en 1920, Jacques Bainville est de ceux qui ont dénoncé le Traité de Versailles de 1919 et les compensations très importantes demandées à l’Allemagne.

Il y estimait que ce traité humiliait l’Allemagne et la pousserait à la revanche dans un avenir proche et Bainville y décrit le processus de déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, à savoir l’annexion de l’Autriche par le Reich, la crise des Sudètes avec la Tchécoslovaquie et un pacte germano-russe contre la Pologne.

Profondément anti-communiste et anti-germaniste, il écrivait : « il s’agit d’une paix trop douce pour ce qu’elle a de dur, et trop dure pour ce qu’elle a de doux ».

François Mauriac, louant les talents d’analyste de Bainville, écrira en 1956 : « D’une science conjecturale, Bainville a fait une science exacte. »

Lors de son enterrement, le 13 février 1936, le cortège funéraire a provoqué un embouteillage dû à la vitesse peu élevée à laquelle il avançait (la version des faits varie selon les sources). Malgré lui, Léon Blum, dans une voiture à cocarde, se trouva pris dans le cortège funéraire.

Selon le témoignage a posteriori d’un camelot du roi, « le leader socialiste fut frappé par les Camelots du roi parce que sa voiture voulait fendre le cortège funéraire de l’historien royaliste.

Le véhicule conduit par Georges Bonnet, ministre de l’Agriculture, eut l’imprudence de s’aventurer rue de l’Université, pleine d’une foule silencieuse. »

Des anciens Camelots, séparés officiellement de l’Action française, cassèrent la vitre arrière de la voiture de Blum, ce qui le blessa au cou et à la tempe d’où une profusion importante de sang.

L’intervention d’ouvriers travaillant sur un chantier voisin évita que le leader socialiste, légèrement blessé dans l’incident, ne fût lynché. En signe de protestation, une manifestation se déroula du Panthéon à la Bastille et fut marquée par quelques affrontements.

Il était Chevalier de la Légion d’honneur.

 

[youlist pid= »PLB7A5F5E51FEA57DF »]

 

Ou se procurer son livre sur l’histoire de France? :

En ses temps ou l’éducation nationale se plait cruellement à faire « disparaitre » de l’apprentissage certains personnages incontournables de notre histoire de France :

-Clovis,

-Charles Martel,

-Hugues Capet,

-Saint Louis,

-François Ier,

-Louis XIII,

-Louis XIV,

– Napoléon,

– les maréchaux Joffre et Foch etc…
Je vous propose de palier à ses manquements en vous procurant, à cette adresse, la réédition du livre de l’Histoire de France de Jacques Bainville (553 pages)  :
http://www.kontrekulture.com/auteur/Jacques%20Bainville

Un livre incontournable pour les grands comme les petits…

Rendez-vous sur Hellocoton !
International Copyright : "Raffinement-Français ©™® / Raffinement-Francophone ©™®". Webmaster : inakka.com Conception : Raffinement Francophone © ; Up
Translate »
Compteur : 100192 vues