Recevoir notre Newsletter?

Pour obtenir directement dans votre boite email nos dernières publications, nos DIY et Free ainsi qu'exclusivités ... rentrez votre email ci-dessous!

Valider!

Soyez rassurés, nous ne cédons ni ne revendons vos coordonnées ! Le site est bloqué? relancez le en l'actualisant dans votre navigateur.

 » Les Tapisseries de L’Apocalypse (histoire, reportage, film de fiction, textes en audio et débat)
Catégories du blog :
Rechercher :
Tous nos profils sociaux :
Suivez moi sur Facebook
Suivez moi sur Twitter
Partagez notre site :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Email this to someonePin on Pinterest
Présentation :
Bienvenue sur le blog de "Raffinement Français"®™© - "Raffinement Francophone"©™®. Merci de votre visite !

Plusieurs centaines de millions de visiteurs de + de 150 pays différents depuis l'ouverture : Merci !
Website Sécurisé :
Sécurité du site Web Pour un confort et une sécurité renforcée le website R-F est certifié par SiteLock et CloudFlare leaders mondiaux de la sécurité des websites. Sécurité du site Web

Les Tapisseries de L’Apocalypse (histoire, reportage, film de fiction, textes en audio et débat)

Partager : Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Email this to someonePin on Pinterest

La tenture de l’Apocalypse (ou les tapisseries de l’Apocalypse, ou encore l’Apocalypse d’Angers) est une représentation de l’Apocalypse de Jean réalisée à la fin du XIVe siècle. L’ensemble composé de six pièces est conservé et exposé à Angers, dans le musée de la Tapisserie de l’Apocalypse situé dans une très longue galerie du château d’Angers.

Le sujet de la tenture de l’Apocalypse s’inspire de manuscrits à miniatures illustrant le texte de l’Apocalypse de Jean, d’après des cartons de Hennequin de Bruges (connu également sous le nom de Jean de Bruges), peintre attitré du roi de France Charles V. C’est le plus important ensemble de tapisseries médiévales existant au monde.

Cette monumentale tenture à usage princier, utilisée pour des occasions solennelles, fut commandée entre 1373 et 1377 au marchand lissier Nicolas Bataille pour le duc Louis Ier d’Anjou.

Elle fut vraisemblablement fabriquée à Paris, par Robert Poinçon, dans les ateliers de Nicolas Bataille d’après les cartons de Hennequin de Bruges.

On date son achèvement aux alentours de 1382.

Elle fut donnée par le roi René à la cathédrale d’Angers au XVe siècle, elle faisait alors partie du trésor de celle-ci. Lorsqu’elle n’était pas présentée dans la nef de la cathédrale, elle était conservée dans des coffres, roulée sur elle-même.

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir )

Pour la chaîne et la trame, c’est la laine qui fut employée.

Laine aux couleurs vives, teinte à l’aide de colorants végétaux, comme la gaude pour la gamme des jaunes, la garance pour les rouges et le pastel pour les bleus. Cette tapisserie est réversible : le revers est identique à l’avers, ce qui témoigne de la virtuosité des tisseurs.

À la fin du XVIIIe siècle et au début XIXe siècle, la tenture subit d’importants dommages ; elle est en effet utilisée pour servir de couvertures, de protection pour les arbres en hiver… L’œuvre actuellement visible est amputée : sur les 140 mètres de sa longueur d’origine, seuls une centaine sont aujourd’hui exposées.

C’est lorsqu’elle fut conservée dans les coffres du trésor de la cathédrale que la dernière partie de la tapisserie a le plus souffert : Les ensembles 5 et 6. Heureusement elle sera mise à l’abri puis restaurée, notamment grâce à l’aide du chanoine Joubert vers 1843 et 1870.

De 1953 à 1954, l’architecte en chef des Monuments historiques Bernard Vitry construit une galerie en équerre à l’emplacement des anciens bâtiments qui fermaient la cour seigneuriale du château d’Angers. Cette galerie a été modifiée en 1998, car elle présentait de larges baies vitrées qui laissaient pénétrer la lumière du soleil et celle de la lune, ce qui dégrada énormément les couleurs. Aujourd’hui la tenture est conservée dans un lieu sombre, à une température constante, pour mieux la protéger.

Avant son démantèlement, la tenture mesurait environ 140 mètres de long et 6 mètres de haut, et couvrait une surface totale de 850 m2. Elle se composait de six pièces, ou tableaux, mesurant chacune 23 mètres de long.

Aujourd’hui, seul 104 mètres ont pu être récupéré et sont actuellement exposés, le sixième tableau étant le plus incomplet.

France Culture, Les Racines du ciel du 6 novembre 2011 par Frédéric Lenoir et Leili Anvar. Invité : Jean-Yves Leloup : Prêtre orthodoxe, écrivain, docteur en théologie, docteur en philosophie, docteur en psychologie.

Rendez-vous sur Hellocoton !
International Copyright : "Raffinement-Français ©™® / Raffinement-Francophone ©™®". Webmaster : inakka.com Conception : Raffinement Francophone © ; Up
Translate »
Compteur : 100264 vues