Recevoir notre Newsletter?

Pour obtenir directement dans votre boite email nos dernières publications, nos DIY et Free ainsi qu'exclusivités ... rentrez votre email ci-dessous!

Valider!

Soyez rassurés, nous ne cédons ni ne revendons vos coordonnées ! Le site est bloqué? relancez le en l'actualisant dans votre navigateur.

 » « L’invitation au voyage », film de 1927 par Germaine Dulac
Catégories du blog :
Rechercher :
Tous nos profils sociaux :
Suivez moi sur Twitter
Partagez notre site :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Email this to someonePin on Pinterest
Présentation :
Bienvenue sur le blog de "Raffinement Français"®™© - "Raffinement Francophone"©™®. Merci de votre visite !

Plusieurs centaines de millions de visiteurs de + de 150 pays différents depuis l'ouverture : Merci !
Website Sécurisé :
Sécurité du site Web Pour un confort et une sécurité renforcée le website R-F est certifié par SiteLock et CloudFlare leaders mondiaux de la sécurité des websites. Sécurité du site Web

« L’invitation au voyage », film de 1927 par Germaine Dulac

Partager : Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Email this to someonePin on Pinterest

Playlists de films en noir et blanc à cette adresse:  http://blog.raffinementfrancophone.info/2013/03/06/a-voir-ou-a-revoir-films-cultes-en-noir-et-blanc/

Germaine DulacGermaine Saisset-Schneider de son nom de jeune fille, est une cinéaste française, née le  à Amiens, morte le  à Paris.

Considérée comme sensible, généreuse, indépendante, possédée par la passion de la recherche et du neuf, Germaine Dulac est parmi les premières en France, à considérer le cinéma comme un grand art, et dès 1916, elle s’y consacre toute entière.

220px-Germaine_Dulac

Elle épouse en 1905 le romancier Albert Dulac. « De 1906 à 1913, elle débute sa vie professionnelle au journal féministe La Française, où elle rédige principalement des portraits de femmes et des critiques de théâtre. »

En 1916, elle monte avec son mari une maison de production, « Delia film ».

Après avoir manifesté ses dons émotionnels et plastiques, dans Les Sœurs ennemies (1915) et Venus Vic

trix (1917), elle réalise, d’après un scénario de son ami Louis Delluc, La Fête espagnole, et devient une des fortes personnalités de la première avant-garde. Dès 1920, elle publie de nombreux écrits historiques, injustement oubliés, malgré leurs vues nouvelles et pénétrantes.

Après La Mort du Soleil (1921), elle accomplit son chef-d’œuvre avec La Souriante Madame Beudet (1923), critique de la vie conjugale petite-bourgeoise ou, en termes modernes, de « l’incommunicabilité du couple ». Après 1924, elle milite aussi avec ardeur pour répandre l’amour du cinéma et contribue à développer les ciné-clubs. Plus tard, elle rejoint la « seconde avant-garde », avec La Coquille et le Clergyman (1928) (d’après Antonin Artaud), puis elle réalise des symphonies d’images, alliées à la musique, avec Disque 927 (1927) (d’après Chopin) ou Thèmes et Variations (1928).

Quant le cinéma parlant empêche dorénavant une production totalement indépendante, elle préfère se consacrer aux actualités. De 1933 à sa mort en 1942, elle est directrice adjointe des Actualités Gaumont.

Dulac

Rendez-vous sur Hellocoton !
International Copyright : "Raffinement-Français ©™® / Raffinement-Francophone ©™®". Webmaster : inakka.com Conception : Raffinement Francophone © ; Up
Translate »
Compteur : 100815 vues