Recevoir notre Newsletter?

Pour obtenir directement dans votre boite email nos dernières publications, nos DIY et Free ainsi qu'exclusivités ... rentrez votre email ci-dessous!

Valider!

Soyez rassurés, nous ne cédons ni ne revendons vos coordonnées ! Le site est bloqué? relancez le en l'actualisant dans votre navigateur.

 » « Pomone » ou la naissance de l’opéra français
Catégories du blog :
Rechercher :
Tous nos profils sociaux :
Suivez moi sur Facebook
Suivez moi sur Twitter
Partagez notre site :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Email this to someonePin on Pinterest
Présentation :
Bienvenue sur le blog de "Raffinement Français"®™© - "Raffinement Francophone"©™®. Merci de votre visite !

Plusieurs centaines de millions de visiteurs de + de 150 pays différents depuis l'ouverture : Merci !
Website Sécurisé :
Sécurité du site Web Pour un confort et une sécurité renforcée le website R-F est certifié par SiteLock et CloudFlare leaders mondiaux de la sécurité des websites. Sécurité du site Web

« Pomone » ou la naissance de l’opéra français

Partager : Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on TumblrShare on Google+Email this to someonePin on Pinterest

Robert Cambert est un organiste et compositeur français né à Paris vers 1627 et mort à Londres en mars 1677.
Il est l’un des premiers musiciens à composer des opéras en langue française et collabore avec le poète Pierre Perrin, qui obtient le privilège de l’Académie royale de Musique créée en 1669.
Les deux auteurs composent ensemble l’opéra Pomone, représenté pour l’inauguration du premier théâtre lyrique public ouvert à Paris en mars 1671.

L’année suivante, Jean-Baptiste Lully ayant racheté le privilège à Perrin, Cambert est évincé de la scène lyrique et poursuit sa carrière en Angleterre, en recréant notamment certaines œuvres qu’ils avaient composées avec Perrin. Cambert est considéré comme le « père » de l’opéra français


  Pomone
 est le premier opéra français en cinq actes et un prologue du compositeur Robert Cambert, sur un livret de l’abbé Pierre Perrin. On donna la première représentation pour l’inauguration de l’Académie royale de Musique le 3 mars 1671. L’œuvre connut un tel succès qu’elle resta à l’affiche pendant plusieurs mois. Les rôles principaux étaient tenus par Mlle Cartilly (Pomone) et François Beaumavielle (Vertumne). Le mythe de Pomone est à l’origine de l’œuvre.

Acte I  Les vergers de Pomone

Scène 1 : Pomone, déesse des fruits, chante les peines de l’amour en compagnie de Vénilie et de Juturne, et les invite à se tenir loin des amours et des bergers.
Scène 2 : Flore, sa sœur, l’invite au contraire à goûter les plaisirs de l’amour. Elle est contredite par Beroé, la nourrice de Pomone.
Scène 3 : Le Dieu des Jardins invite Pomone à s’unir à lui, pour ajouter les herbes des potagers aux fruits des vergers.
Scène 4 : Faune et le Dieu des Jardins, tous les deux amoureux de Pomone, s’affrontent dans une joute vocale pour conquérir leur bien-aimée. Flore propose au Dieu des Jardins de faire chanter la troupe des Jardiniers, puis danser la troupe des Bouviers. Faune se rend et invite Pomone à couronner le vainqueur. Celle-ci en confie le soin à Flore.
Scène 5 : les nymphes de Pomone apportent à Flore une corbeille dans laquelle se trouvent une couronne d’épine et une autre de chardons. Flore donne la première au Dieu des Jardins, et la seconde à Faune.
Scène 6 : Faune et le Dieu des Jardins se lamentent de la dérision dont ils ont été l’objet de la part de Pomone.
Scène 7 : Vertumne se lamente que celle qui l’aime reste insensible, et appelle la troupe des follets.

Acte II  Un parc de chênes 

Scène 1 : Beroé, en dépit de son âge, est éprise de Vertumne, et se cache en le voyant arriver.
Scène 2 : Vertumne se décide à user de ruse pour surprendre celle qu’il aime sans retour.
Scène 3 : Beroé interpelle Vertumne qui, pour s’en défaire, se transforme en dragon et fait mine de la dévorer.
Scène 4 : Beroé n’est pas dupe et affronte le dragon. Le ciel brille d’éclairs et gronde de tonnerres, la terre tremble, et douze follets, par ordre de leur dieu, transformés en fantômes, armés de foudres et de griffes de fer, tombent du ciel dans un nuage enflammé, et dansent à ses yeux une danse terrible. 
Scène 5 : Beroé fait taire sa peur et apostrophe les follets.
L’ouvrage, dont l’impression n’a pas été achevée, s’interrompt brusquement pendant le monologue de Beroé.
(suite – extraits de la partie perdue)
Quatre fantômes saisissent Beroé et l’emportent en l’air, cinq autres restant sur scène. La troupe du dieu des jardins se venge sur les fantômes qui restent, mais ils s’aperçoivent que ce sont leurs femmes ; elles se changent en buissons d’épines.

Acte III  Rochers et verdure

Pomone et Venilie chantent les oiseaux. Vertumne est transformé en Pluton, il fait apparaître un palais et offre ses trésors à Pomone, qui les repousse. Juturne, Vénilie et Pomone méprisent la richesse. Vertumne se transforme en Bacchus. Il offre sa couronne à Pomone ; Pomone et ses nymphes préfèrent le cidre au vin. Le faune réclame du vin, Vertumne ordonne à sa troupe de l’enivrer. Les follets placent Faune sur un gazon, et mettent autour de lui trois flacons et trois bouteilles. Lorsqu’il veut saisir une bouteille, elle s’enfuit et traverse le théâtre. Il s’attaque à la seconde qui fuit de même. Il veut saisir la troisième : elle s’élève en l’air où un follet la vient prendre. Il croit s’emparer de la quatrième, elle fond en terre et la cinquième après elle ; il prend la sixième et boit à même ; il trouve que c’est de l’eau et crache.

Acte IV  Jardin et berceau de Pomone

Beroé maudit les sentiments de colère et de jalousie qui l’envahissent : Sors de mon coeur, folle fureur ! Vertumne prend l’apparence dc Beroé et va à la rencontre de Pomone. Pomone invite la fausse Beroé à un divertissement. La fausse Beroé vante les charmes de Vertumne à Pomone. La vraie Beroé se montre et accuse Vertumne, qui reprend sa forme. Vertumne se jette aux genoux de Pomone, qui est séduite. Tous : Puissance d’amour, ô divin changement.

Acte V  Palais de Vertumne

Pomone avoue son amour à Vertumne. Flore présente aux amants le chapeau de l’Amour.

Le dieu des jardins présente son offrande. Vertumne commande de bâtir un palais merveilleus dans lequel les noces de Vertumne et Pomone sont célébrées.

Dix-huit follets tranformés paraissent en différentes nues brillantes, six au fond du théâtre dans une grande nue, six sur le côté droit en trois petites nues diverses, et autant sur la gauche, sous des formes de Dieux, de Muses et d’Amours, parties chantants, partie jouant des instruments ; à la fin, les six petites nues se retirent et la grande vole du fond du théâtre sur le centre. 

*********************************************

VISITEZ NOTRE BOUTIQUE

Visitez notre Boutique! http://raffinementfrancais.com Visitez notre Boutique! http://raffinementfrancais.com

Rendez-vous sur Hellocoton !
International Copyright : "Raffinement-Français ©™® / Raffinement-Francophone ©™®". Webmaster : inakka.com Conception : Raffinement Francophone © ; Up
Translate »
Compteur : 100235 vues